Un pensionat des années 50 de nos jours.
 
Forum en reconstruction inscriptions ouvertes mais il faudra attendre un peu pour RP

Le doute détruit plus de rêves que l'échec [PV : Théoline]

 :: Corbeille Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
Invité
Mer 8 Avr - 18:28

Nous étions un samedi de mars en début d'après-midi. Il était à peu près 14 heures pour être plus précise. D'habitude, durant les quartiers libres du samedi et du dimanche, j'étais soit à la bibliothèque, soit j'étais enfermée dans le dortoir, le casque sur les oreilles et j'écrivais aux kilomètres. Ou alors je me posais simplement sur mon lit et je regardais le plafond sans rien faire comme j'en avais l'habitude depuis que j'avais obtenu mon MP3 (mes 9 ans quoi). J'avais appris il y a environ deux semaines que les MP3 étaient en fait autorisés dans les chambres. Je m'étais donc empressée de poster une lettre pour ma mère pour qu'elle m'envoie mon MP3 au plus vite par colis. Une semaine je recevais mon casque et la petite boîte noire qui contenait toute ma musique.

Bref tout ça pour dire qu'il était assez rare de me voir dehors le week-end. Et encore moins me dirigeant d'un pas rapide vers la salle de sports. Mais il fallait me comprendre ! Je voulais retrouver le calme de mon dortoir au plus vite. Car, autour de moi, les cris, les rires et les jacassements fusaient comme une l'insupportable cacophonie d'un orchestre mal accordé. Je regrettais fortement mon silence adoré et chéri à cet instant. J'accélérais encore la cadence pour parvenir plus vite au gymnase.

Une fois la-bas, je me dirigeais tout naturellement vers les vestiaires. Mais je devais traverser l'immense salle pour y accéder. Mes pas résonnaient dans le silence du gymnase. Je frissonnais. Un silence pareil qu'on avait presque honte de troubler... Je n'en croisais pas tout les jours. Et bien que j'aimais cela, ici, cela me mettais vaguement mal-à-l'aise. J'accélérais encore le pas et parvins enfin aux vestiaires des filles. J'actionnais la poignée et... Bingo. Le professeur de sport n'avait pas menti. Il m'avait promit de laisser la porte ouverte toute l'après-midi pour que je puisse venir récupérer ma veste quand ça me chantait. J'avais bien conscience que c'était un privilège qu'il m'accordait car il me faisait confiance. J’espérais seulement qu'aucun élève n'aurait l'idée de venir mettre le bazar car le professeur serait tenu pour responsable. Et là, je m'en voudrais vraiment. Car c'était pour moi qu'il avait fait ça.

Je rentrais dans le vestiaire et souris. Ma veste noire était là, suspendue à un des porte-manteau. Je m'en saisis et l'enfilais rapidement, avec un grand sourire. J'aimais bien cette veste là. A capuche, simple, noire, légère... Tout ce qui me plaisait. Je ressortis rapidement du vestiaire et me dirigeais vers la sortie lorsque des sanglots étouffés me parvinrent amplifiés par l'écho du gymnase. Je fronçais les sourcils et me dirigeait vers la source des pleurs le plus silencieusement possible. Cela venait d'un coin de la salle. La personne semblait ne pas m'avoir remarqué mais je me méfiais tout de même. Et soudain je reconnus la silhouette et accourus vers elle avant de m'agenouiller à côté d'elle et de lui demander d'une voix douce :

"-Théoline ? Qui y a-t-il ?"
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 267
Elève
Jeu 9 Avr - 0:52

Doute et certitudes

.
Alyssa & Théoline

Théo regarda une nouvelle fois sur le calendrier, ce n'était pas possible, il y a avait un truc qui clochais quelques parts, elle ne voulait pas y croire, elle avait dut se tromper, elle recompta pour la dixième fois au moins, faisant glisser ses doigts sur les casses du calendrier avec angoisse, elle compta en italien à voix haute, heureusement personne n'était dans la chambre. Elle soupira, elle ne s'était pas planté, elle était bel et bien en retard et ce retard ne se comptait ni en heure ni en jour mais en semaine, deux semaine que ça aurait dût tomber, elle savait compter. Elle fit tomber l'objet avec rage, pourquoi il fallait que ça lui tombe dessus, ça en plus du reste, comment elle allait faire ? Elle ne savait pas à qui en parler, comment faire ? Elle n'en savait rien.

Théo sentit les larmes monter, il était hors de question de pleurer, enfin pas ici, pas là où tous le monde pouvait la voir, question d'honneur. Elle prit donc une grande inspiration avant de sortir de la pièce, aujourd'hui, samedi, il avait du temps libre, elle pouvait donc se promener sans se faire punir. Elle avança doucement dans la cour, évitant précautionneusement un tas d’élèves. Elle se dirigea vers la salle de sport, elle n'était pas sure d'avoir le droit de s'y planquer mais tans pis, elle se moquait bien de se faire prendre aujourd'hui, elle avait d'autre soucis à gérer. Elle se rapprocha de la porte et la poussa avec douceur, elle était ouverte, aussi si engouffra t'elle. Les larmes commençaient à atteindre dangereusement les rebords de ses paupières.

Elle se précipita dans un coin de la pièce, celui le plus encombré par les tapis, l'endroit où elle serait le moins visibles en sommes. Elle se laissa enfin aller, son corps secoué par des sanglots beaucoup plus gros qu'elle, elle hoquetais, le bruit résonnant dans tous le bâtiment, elle ne prenait pas soin de se maîtriser, trop convaincue que personne ne viendrais la faire suer. Elle s'enroula un peu plus sur elle même, pleurant un peu moins fort, elle pensa à la personne qu'elle mourrait d'envie de voir en ce moment, mais Alessandro était bien trop loin d'elle. Penser à lui ne fit que l'enfoncer d'avantage et les sanglots reprirent plus fort.

Elle était trop perdue pour prêter attention à ce qui pouvait l'entourer, elle sursauta donc quand elle vit une silhouette s'accroupir près d'elle. Elle releva la tête et sourit un petit peu en reconnaissant Alyssa, ça la soulageais de voir cette tête là et pas un prof où une personne qu'elle appréciait peu. La voix douce lui demandait ce qui n'allait pas et Théo soupira avant de repartir dans un concert de sanglots, elle ne voulait pas dire à voix hautes ce qui la bouffait car ça serait donner bien trop de réalité à ça. Elle regarda Aly en s'essuyant les yeux. Elle murmura :
- « Je suis foutue Aly, il vas me tuer. »
Elle n'ajouta rien, son visage se tordit de plus belle et elle repartit pour un tour, elle ne pleurait pas souvent mais quand elle craquait Théo ne faisait pas semblant.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité
Mar 14 Avr - 21:30

J'extirpais tant bien que mal un mouchoir de ma poche de pantalon avant de le donner à Théo. Il n'y avait pas du miracle, je ne comprenais pas ce qu'elle tentait de m'expliquer. Pourquoi était elle foutue ? Qui allait la tuer et pourquoi ? Autant de questions sans réponses qui fourmillaient dans mon crâne. Je décidais cependant de prendre mon mal en patience jusqu'à ce que mon amie se soit calmée. Je passais donc mon bras autour des épaules de Théoline et la ramenait contre moi en lui chuchotant des mots de réconfort comme je l'avais toujours fais avec mes amies et en particulier Cassie. Je fermais les yeux en la berçant doucement. J'avais l'habitude après tout. Des crises de larmes, de panique, de nerfs ou de colère j'en avais vu passé beaucoup chez ma meilleure amie. Mais j'avais toujours su avoir les bons mots pour la réconforter et la calmer. A cet instant j’espérais que cette capacité ne s'appliquait pas uniquement sur Cassandra. Lorsque Théo finit par se calmer, je souris. Je me détachais légèrement et me plaçais face à elle avant de la fixer dans les yeux de de demandais :

"-Tu m'explique ? Pourquoi tu es foutue, qui vas te tuer et pourquoi ?"

Je la fixais, interrogative. J'avais peur de ce qu'elle allait m'annoncer. A ce stade je m'attendais à tout. Elle avait tué quelqu'un ? Elle avait noyé le chaton d'un dangereux psychopathe ? Elle avait décidé de s'inscrire à une partouze et son petit ami l'avait découvert ? Bon OK là j'exagère. Mais vraiment je m'attendais au pire pour les minutes à suivre.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 267
Elève
Ven 17 Avr - 0:11

Doute et certitudes

.
Alyssa & Théoline

Théo essayait tant bien que mal de se calmer, mais ce n'était pas vraiment un suces, elle ne pouvais pas imaginer que ce soit vrai, elle ne pouvais pas, elle refusait simplement cette idée. Elle repoussa l'idée loin et essaya de penser à autres chose mais elle vit le visage d'Alessandro et ça n'arrangea rien bien au contraire, elle revis l'image du corps du jeune homme et sentis la pression de leur corps l'un contre l'autre, elle pressa un peu plus les poings et ferma les yeux en gémissant, tout sauf ça. Elle sentis à peine la main d'Alyssa passer dans son dos, elle sourit doucement en sentant du soutient de sa part, elle en a besoin pour ne pas totalement sombrer au fond du gouffre. Elle se blottit contre elle et sa calme peu à peu, elle ferme ses yeux et vide son corps de leur dernière larme avant de se mordiller la lèvre.

Elle regarde le visage de son amie avant de planter ses yeux dans ceux d'Alys et elle se sent un peu la, honteuse, son amie cherche à comprendre, elle lui demande qui vas la tuer et surtout pourquoi. Théo soupire, elle à peur du jugement de son amie, elle ne veut pas perdre l'un de ses seuls soutient ici et Alyssa est une fille tellement chouette, elle ne veut pas la perdre. Théo essuie ses joue avant de prendre une inspiration :
- « Mon père. »
Elle hoquette encore trop perturbé, penser à cet homme la fait paniquer un peu plus, elle sait qu'il est capable de tout, il serait capable de prendre la route simplement pour venir lui flanqué une raclée mémorable, si elle est vraiment ce qu'elle pense alors il vas vraiment la tuer.
- « J'ai voulut faire la maligne, j'ai vraiment été trop loin, je ne veut pas Alys, je ne peut pas, je .. »
Elle sanglote encore, elle ne veut pas prononcer ces mots, ça les rendrais beaucoup trop réel.
- « Si il l'apprend il vas vraiment me tuer, il en est capable, il vas le tuer aussi. »

© Grey WIND.

_________________

Mon petit bébé est né!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité
Ven 24 Avr - 0:21

Je fronce les sourcils. A travers les actes manqués de mon amie et ses confidences lâchées par-ci, par-là, j'avais finalement réussi à me dresser un tableau du père de l'italienne. Et ce tableau n'était pas flatteur. Cependant je trouvais horrible qu'il puisse en arriver là pour quelque chose qui semblait, certes très grave, mais tout de même, Théoline était sa fille ! Je continuais à bercer Théo doucement, les sanglots l'ayant reprit. Je décidais cette fois d'attendre que ses larmes se soit taries pour tenter d'obtenir une explication. Une vraie. J'alternais entre mots de réconforts et morceaux de chansons douces pour essayer de calmer mon amie inconsolable.

Je savais très bien que cela devait être très grave pour qu'elle en fasse une crise comme ça. Contrairement à moi, Théoline n'était pas du genre à stresser pour rien et je le savais pertinemment. C'est d'ailleurs pour cela que ses paroles et ses actes m’inquiétaient fortement. Même avec Cassie, je n'avais pas eu à faire face à pareils torrents de larmes. Enfin si, mais je savais pourquoi ce qui me permettait de la rassurer et de la calmer plus facilement. Mais là, j'étais dans l'ignorance et le noir les plus total. Ma veste était désormais trempée de larmes mais je m'en fichais. Tout ce qui importait pour l'instant, c'était la raison des pleurs de Théoline. Oui je sais c'est son père et le fait qu'il veuille apparemment la tuer. Donc je savais quelque chose quand même. Mais ce quelque chose était loin d'être suffisant pour aider mon amie. Lorsque ma lycéenne de camarade sembla ne plus avoir assez de larmes pour continuer à pleurer je me résolus à tenter une nouvelle fois de comprendre en déclarant d'une voix douce :

"-Théoline, je sais que c'est dur, mais il faut que tu m'explique pourquoi ton père devrait te tuer et qu'est ce que tu as fais de si grave. C'est la seule solution pour que je puisse réellement t'aider d'accord ? Alors respire un bon coup, calme toi et explique moi ce qu'il se passe."

Je lui souris, rassurante. Quoi qu'elle me dirait je ne la jugerait pas. Je me contenterais de l'aider comme j'en avais l'habitude depuis toujours.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 267
Elève
Dim 3 Mai - 23:23

Doute et certitudes

.
Alyssa & Théoline

Théoline regarde son amie, elle est tellement heureuse que cette fille soit là, sans elle elle serait tellement seule. Elle essaye de se calmer, se mettre dans un tel état est pathétique, elle le sait, si son père la voyait comme ça, il … nan elle ne veut pas y penser, elle n'est pas avec lui alors elle est en sécurité enfin un peu quoi. Elle sert son amie et continue de pleurer, tant pis pour la dignité, on repasseras plus tard, pour le moment elle vide son corps de toute l'eau qu'il contient et on verras ensuite. Elle écouta les paroles de son amie et les chansons, elle se calmait petit à petit, elle lui était tellement reconnaissante d'être là, de la consoler sans même savoir pourquoi, ça lui donne encore moins envie de parler, elle à peur du jugement de son amie. Les larmes se calment peu à peu, bien sur au bout d'un moment il n'y a plus assez de liquide pour créer des larmes. Elle essuie ses yeux avec ses manches, tant pis si ce n'est pas très élégant, elle n'est plus à ça prêt. Elle fixa honteusement ses mains silencieuse alors que son amie essayait de lui soutirer des explications. Théo eu envie de fondre encore en larme mais elle savait qu'elle devait une réponse à son amie. Elle se mordilla la lèvre et fixa les lignes su sol, tendue, elle murmura d'une voix presque imperceptible : « J'ai du retard, beaucoup de retard. » Elle étouffe un nouveau sanglot ce qui provoque un bruit étrange. Elle à tellement honte, on ne tombe pas enceinte si jeune dans son monde, elle sait qu'elle est fichue, son père vas tuer l'enfant, Alessandro et elle, elle sait très bien qu'il en est capable. Elle regarde ses mains avant de murmurer « Je suis enceinte, je ne peut pas, je ne veut pas, je vais faire quoi ? » Elle craque encore, apparemment il lui restais des larmes, elle remonte ses genoux et enfouit sa tête dans ses jambes, elle ne voulait pas affronter le regard d'Alyssa, elle avait trop honte.

© Grey WIND.

_________________

Mon petit bébé est né!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité
Mer 3 Juin - 18:53

Je ne pus retenir un sourire à sa première phrase que je connaissais par coeur pour l'avoir entendue des centaines de fois dans la bouche de ma chère Pamela. Cette fille était incroyable. Même dans les pires moments, elle continuait à être elle-même. Un peu chiante parfois, un peu trop prétentieuse de temps en temps mais je l'adorais. Je ne savais même pas pourquoi. Peut-être à cause de sa façon de se comporter autant avec les garçons qu'avec les filles. Je n'avais jamais trop appriécier les filles qui riaient trop fort, qui se faisaient remarquer et qui tentaient tout pour attirer le regard des mecs. Mais Pamela n'était pas comme ça. Discrète mais souvent tranchante dans ses propos, elle n'hésitait pas à dire ce qu'elle pensait. Toujours en train de déconner avec ses amis, de rembarrer ceux qui l'énervait et simplement ignorer les autres. Elle adorait rire passait son temps à s'amuser avec tout le monde. Par exemple en cours de maths c'était moi, Gabriel et Tom. En techno, c'était surtout Killian. Pamela était la fille à qui j'aurais énormément aimé ressembler.

Je reposais finalement les pieds sur terre lorsque mon amie enchaîna. Lorsqu'elle eu fini sa phrase, il lui fallu quelques seconde pour parvenir à mon cerveau. Une fois que cela fut fait je sentis tout le sens se retirer lentement de mon visage. Et ben. On était pas dans la merde là. Je n'avais jamais eu à faire façe à ce genre de situation. Il faut dire que ce que Théoline venait de m'annoncer on ne l'entendait pas tout les jours. Cependant il fallait que j'aborde la situation avec calme. Rien n'était perdu. Nous avions encore toutes les cartes en main. En situation de crises c'était, en général, Emy ou Alexanne et moi qui nous nous occupions de réfléchir et de calmer le reste du groupe. Pour une raison simple : On arrivait à mettre de côté nos émotions pour réussir à garder notre sang-froid. J'avais toujours fait ça depuis mon enfance. J'avais beau stresser comme une malade quand j'étais la seule concernée par un problème, lorsque celui-ci touchait tout le groupe ou un ami, j'étais capable de prendre les choses en main. Et je comptais bien faire honneur à cette capacité. Mais il fallait prendre les choses dans l'ordre.

Tout d'abord il fallait que l'on sache de manière sûre si elle était vraiment enceinte. Si dans une semaine elle ne les avait toujours pas eu, j'écrirais une lettre à Emy pour lui demander de m'envoyer un test de grossesse. Je savais que si je lui décidais que c'était urgent elle me l'enverrait sans poser de questions et m'interrogerais à mon retour à Lyon. On aviserait par la suite suivant le résultat. Je lui demandais d'une voix douce en lui relevant la tête :

"-Déjà est-ce que tu es sûre que tu es enceinte et que ce n'est pas simplement un gros gros retard ? C'est possible tu sais. Une amie à déjà vécu ça plusieurs fois dans l'année."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 267
Elève
Mer 9 Sep - 22:32

Doute et certitudes

.
Alyssa & Théoline

Ce n'était même plus de la panique qui prenait Théo, c'était plus que ça, de la terreur, car il n'y avait pas que le soucis de l'enfant, le bébé c'était même un détail, ce qui la terrorisais réellement c'était son père, il allait la tuer, lui mettre une raclé mémorable, elle risquais même de perdre le bébé sous sa violence. Un instant elle se dit que c'était peut être ça la solution, le laisser se défouler sur elle et subir ses coups pour perdre le bébé. Elle tremblas de tout son corps « Il vas me démonter, même pas, il vas me tuer. » Elle vit le visage furieux de son père et puis la tête de sa mère, qui ne fait rien pour empêcher son mari de frapper sa fille, car c'était toujours comme ça, elle ne lui disait jamais rien, car son mari lui faisait peur, Théo n'avait pas besoin que sa mère lui dise, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure, sa mère était entièrement soumisse à son mari. Théo s'était promis de ne pas devenir comme ça, car elle trouvais ça pathétique mais en ce moment elle se demanda si sa situation à elle ne serais pas pire, oh elle aimait Alessandro, mais c'était un mec, il était jeune et puis ils ne s'étaient pas revus depuis sa dernière nuit en Italie, normal en même temps, ils ne vivaient plus dans le même pays mais avec ce fichu pensionnat elle ne pouvais même plus lui envoyer un message ou lui parler par téléphone et pour ce qui était d'écrire une lettre, elle avait peur qu'on la lise, mais elle pourrais peut être écrire en italien. Alyssa attira son attention, lui demandant si elle était certaine de ça, si ça ne pouvait pas être un gros retard. Théo secoua la tête, impossible, elle était des plus régulière, ça tombait tous les mois le même jour, alors nan, évidemment que nan, ce n'était pas qu'un gros retard. Elle secoua la tête avant de balbutier « Je... j'en suis quasiment certaine, j'ai jamais de retard, même pas un jour, alors … je … c'est presque certain » Elle secoua la tête et doucement elle posa une main sur son ventre, un bébé, elle attendait un bébé. Elle se mordilla vivement la lèvre « Comment je vais faire ? Je peut pas m'occuper d'un gosse ! Encore moins ici, bordel si le directeur l'apprend ... » Elle n'aimais pas vraiment cet homme, enfin c'est surtout qu'il lui faisait peur, un peu comme son père. Elle regarda Alyssa d'un air désespéré, comment faire ? Elle savait qu'Aly ne pouvait pas faire grand chose, pas plus qu'elle mais elle avait besoin de soutient.

© Grey WIND.

_________________

Mon petit bébé est né!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Tout ce qui est atteint est détruit [PV Baka]
» Naranja Luz d'Alvarez ~ Je doute de ce que je sais, je me doute du reste.
» Loyautée Trahie ~ L'amour nous détruit.
» le doute est une force. Une vrai belle force. Veille simplement qu'elle te pousse toujours en avant (alienor)
» Manigat sereine, Martelly jubile, Céant doute

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pensionnat :: Corbeille-
Sauter vers: